mardi 28 juin 2011

SharedSolar: Mobiles and Micro-Grids For More Efficient Energy

It is an unfortunate irony that often the poorest people pay the most for the lowest quality energy. In many areas, the rural poor pay as much as 5 USD per month for kerosene or battery power. SharedSolar is a project that attempts to develop the technology, and business case to connect these populations to better, more traditional energy sources. It does so by leveraging existing mobile networks. 

With SharedSolar, rural poor consumers make payments based on their usage by using a scratch card and adding credit via SMS. The system uses a micro-grid network to connect consumers to power, and each household uses a unique prepaid metering system. A group of up to 20 consumers (individuals, households, small businesses, or schools) are all located within a 50 meter radius of a single, central power source -- such as solar panels -- connected via an underground wire.
At the same time, the SharedSolar team is testing and developing its business model to show that a case exists for micro-grids and mobile energy payment. The team launched an initial pilot in 2010 in Pelengana, Mali and currently has systems set up in Uganda and Tanzania. spoke with Matt Basinger, project lead for SharedSolar, to learn more about the overlap of mobile technology and rural power.

Payment for Power, via SMS

Basinger credits the project to Vijay Modi, a professor of mechanical engineering at Columbia University. For Modi, SharedSolar was an overlap of two concepts. One was the success of mobile technology and the growth of mobile network access around the world. The second was an interest in energy, specifically rural electrification.
The SharedSolar team turned to what already existed in many rural areas: mobile access.
“Let’s leverage the infrastructure, let’s learn from the model, and let’s apply it to rural electrification,” Basinger said.
SharedSolar households buy a scratch card from a local vendor and send the code via SMS to credit their electric account. The SMS message reaches a payment gateway server. Through this communication, power meters connected to each household are turned on and off, as needed. When the credit is exhausted, the meter shuts off the circuit. SharedSolar is a modular system, so the team can add solar generation capacity or deploy additional systems as demand for electricity increases.
Basinger also explains the technology as a near-term, entry-level solution. The application runs on a local server, in-country, with an attached modem. It can be run on a basic netbook.

Mobile Operators

Because the SharedSolar system leverages mobile technology, local mobile operators play a role in the system. In Mali, Uganda, and Tanzania, the team is trying to bring local operators on board, develop close partnerships, and purchase services that make the overall business model more sustainable. For now, SharedSolar is “half way” in this process. Basinger said that, ideally, a mobile operator provides three key services (as a paid service):
  • Closed user group services (which allow for cheaper messaging)
  • Forwarding of SMS messages over HTTP and SMPP 
  • Toll-free number for consumers (to access the free number on the scratchcard to add credit to their account; a consumer needs to be on a particular network)
Currently, Basinger and his team can go into an area, set up a SharedSolar system, and run it without any extra services from the operator. But in this entry-level scenario, the team pays for all SMS costs (usually around $.10 per SMS). “It’s not ideal, it’s not a sustainable business model,” Basinger said.
Getting some of these services may require finesse. “In Mali, some of the services we requested from operators, and have eventually gotten, are the first time that these services have been provided,” Basinger said. (See also this article on working with mobile operators.)
A long-term goal is to be fully integrated with a telecom. This would include a revenue stream for the operator where instead of receiving a certain amount per SMS, the operator would receive a percentage of all transaction fees, Basinger said.
SharedSolar will deploy 24 systems in the next few months across Mali, Uganda, and Tanzania, and hopes to reach a total of 100 systems in additional countries by the end of the year. In its current iteration, every SharedSolar system contains 1.4 kWh (solar panels), 350 amp hours of batteries at 48 volts, the supporting electronics, and the power meter.


When selecting a site to place the system, there are often land rights or land access issues, Basinger said. And although it hasn’t been an issue yet, the team is aware of the possibility of tampering. For instance, a neighbor could dig up someone else’s wire.
To help counter this, SharedSolar chose a star or spoke-and-wheel topology as opposed to a more traditional end-of-the-wire approach. Also, all wires are on public paths or property and visible to everyone. “The understanding and the training and the communication is a self-policing approach,” Basinger said. Tampering is also further prevented because the wire is the property of the consumer it powers.
Another challenge for SharedSolar comes with trying to develop the business model along side the technology. In addition to reducing costs and improving livelihood for the rural consumers, SharedSolar wants to test the viability of micro-utility power. “What we want to do is take all of the lessons learned, take all of the cost reduction from the engineering efforts, package it, and understand what it would take for this to be something that could go to scale,” Basinger said. To do so requires partnerships on both the manufacturing and distribution side, as well as local micro-utility owner and operators.
Trying to develop the two in parallel “is very tricky because we don’t yet fully understand the market,” Basinger said. He describes it as a “trade off between time versus proving the model versus technology development.”

Consumer Reaction

A picture offers evidence of the potential of SharedSolar. In the photo (below), the red glow in the household on the left is from a traditional energy source in Uganda: a kerosene lamp. The small business on the right is powered via SharedSolar. 
Consumer reaction has been positive. When the team installed the first SharedSolar system in Mali last year, Basinger was in the shed where the system and electronics sit. His colleague was in the consumer’s home, about 70 meters from Basinger. The two were talking over the phone as they readied the system. When they flipped the breaker and turned on the power for the first time, Basinger could hear cheers from the household (and over the phone) when the lights came on.
“There is a cost savings that goes along with this, but also a quality and reliability that is very exciting for people,” Basigner said.
Read also this case study on making a business case for harnessing grid power from mobile power stations.

SharedSolar is a project of the Modi Research Group at Columbia University. Pictures are by Michael Benedict and reposted here with permission from
Posted by MelissaUlbricht on Jun 13, 2011


lundi 27 juin 2011

Fabriquer du verre à partir de sable avec une imprimante 3D solaire

Imprimante 3d qui transforme du sable en verre

L’expérience « Solar Sinter » de Markus Kayser est visuellement exceptionnelle. Ce créateur réussit à fabriquer du verre à partir de sable dans le Sahara, avec comme outil une imprimante 3D solaire. Et il ne fait pas juste fondre le sable mais il crée carrément des formes d’objets comme des bols.
Un procédé qui combine à la fois haute technologie et l’énergie naturelle du soleil.
A voir sur

Source: Vincent Abry

Train du Futur : c’est la gare qui sera mobile

train du futur
Dans le futur le train ne s’arrêtera peut-être plus en gare, mais c’est la gare qui bougera.
Le concept de train-gare mobile est intéressant car il permettrait de considérablement réduire le temps de trajet en supprimant quasiment tous les arrêts. Ce n’est sans doute pas pour demain matin car il faudra mettre au point la technologie de transfert, plus un second réseau de rails pour « la gare qui se déplace ».
Avec ce genre de train futuristes, vous ne pourrez plus dire au contrôleur d’attendre avant de fermer les portes… Soit vous êtes à l’heure et vous entrez, soit la gare mobile vous garde pour un tour complet.

gare mobile


Source: Vincent Abry

vendredi 24 juin 2011

Le iPad capte 97% du trafic internet US sur tablette

Incroyable : d’après Comscore, le iPad d’Apple s’accaparerait à lui seul de 97% de tout le trafic internet des tablettes tactiles aux Etats-Unis. Autrement dit, on peut dire que le gadget d’Apple écrase littéralement la concurrence.
Dans le monde cette proportion « tombe » (si j’ose dire) à 89%.
On peut rappeler que la firme de Steve Jobs a vendu 25 millions d’iPads sur la planète depuis son lancement.
Concernant le trafic web non issu d’un ordinateur, c’est au Canada que le iPad fait meilleure figure avec 33,5% de parts de marché, + 34,6% pour le iPhone +14,9% pour le iPod Touch. Si on calcule, ca fait 83% du trafic internet canadien hors ordinateur juste pour Apple… Pour les autres pays, voyez l’illustration ci-dessous :

Concernant le trafic sur les sites internet de journaux, c’est au Royaume-Uni que l’on utilise le plus le mobile : 7,4% (et 90,2% pour l’ordinateur). Pour les autres pays, voir l’image :


Source: Vincent Abry

jeudi 23 juin 2011

Le nouvel algorithme de classement des posts de Facebook

Le nouvel algorithme de Facebook ne classe plus les mises à jour d'un mur par ordre chronologique, mais en fonction de cet edgerank, qui mêle le poids de la mise à jour, l'affinité avec les membres, la qualité de leurs interactions et le caractère récent du post (lire la tribune de Grégoire Lacoste : Les nouvelles pages Facebook : quel impact sur votre stratégie social media ?, du 16/03/2011). L'edgerank, qui donne par exemple plus de poids aux commentaires qu'aux likes, constitue également un outil utile aux marques pour mesurer la pertinence sociale des marques et l'engagement de leurs fans.

Source: Le Journal du Net

Mobile : La Chine est le deuxième marché mondial pour le téléchargement d'applications

Les volumes de téléchargements d'applications seraient en forte croissance en Asie et surtout en Chine, selon une étude.

L'Asie aussi télécharge des applications mobiles. La Chine en particulier serait le second marché en termes de volumes de téléchargements derrière les Etats-Unis, indique l'entreprise spécialisée dans les mobile analytics Distimo. La croissance du volume de téléchargements y serait "significative" depuis plusieurs mois, supérieure en tout cas à celle d'autres pays d'Asie comme l'Inde ou la Thaïlande, qui connaissent des progressions mensuelles respectives de 27% et 40% depuis le mois de décembre.

Sur les 300 applications les plus populaires, la proportion de téléchargements est cependant  nettement moins élevée en Asie qu'aux Etats-Unis où en Europe. Distimo explique cette particularité s'explique par une plus grande sensibilité au prix sur les marchés asiatiques.

Cependant, le prix moyen pratiqué par les éditeurs d'applications (2,62 dollars) est supérieurs à celui constaté aux USA (1,48 dollar). Les revenus générés par la vente d'applications en Asie représenteraient les deux tiers de ceux réalisés aux Etats-Unis. Distimo note cependant des écarts de prix moyens forts en fonction de certains marchés : le Japon affiche le prix le plus élevé à 3,33 dollars, contre 2,56 dollars en Chine et 1,75 dollar en Thaïlande.

En avril dernier, le directeur opérationnel d'Apple, Tim Cook avait noté une explosion des ventes d'iPhone en Chine, où elles ont bondit de 250% sur un an au premier trimestre contre une progression de 155% aux Etats-Unis.

carte distimo
Volumes de téléchargements d'applications sur par pays © Capture d'écran Distimo
Source: Journal du Net

Not so fast Google – Rambler and Yandex sign ad network deal to freeze out Russian competitors

Google’s search market share in Russia remains well below 50% and it’s about to get even more heat. Russian search giant Yandex is now partnering with Russian online media giant Rambler over search and advertising services. Starting today, Rambler’s search services will be powered by Yandex’s search engine and Rambler will join Yandex’s Ad Network, Yandex.Direct.

Right now the Yandex Ad Network counts Odnoklassniki, and even among its portfolio of client sites in Russia. Sites using Yandex’s search technology include, and

Ads placed via Yandex.Direct can now run in Rambler’s search results, as well as on its content pages. As well as the Yandex.Direct ads, Rambler will show ads placed via Begun, a contextual advertising platform, in which Rambler has controlling interest. The two systems share advertising space on search results pages so that Begun’s ad clients can run their ads on Rambler as well as place their ads via Yandex.Direct.

Rambler’s portal claims 4.2 million users, 14% of the Russian internet audience. Together with its Afisha projects that goes to 17 million (according to TNS, May 2011).
Yandex is said to have 64.8% of all search traffic in Russia According to LiveInternet, with a monthly audience of over 40 million unique visitors (according to comScore, May 2011). It also operates in Ukraine, Kazakhstan and Belarus.

Source: Techcrunch 

vendredi 17 juin 2011

Le futur de l’aviation selon Airbus


Airbus vient de présenter l’avion du futur, en marge du salon du bourget en France, qui débute le 20 juin.
En 2050, les passagers pourront voir à travers la carlingue grâce une coque intelligente qui pourra passer de opaque à transparente. Au centre de l’appareil, les passagers pourront soit jouer au Golf, prendre un verre au bar, assister à une conférence, et visualiser au sol la carte du monde avec la position de l’avion en temps réel.
A l’arrière, les sièges pourront être déplacés et leur forme s’adaptera à la taille du passager, tandis que des écrans holographiques apparaîtront devant chaque personne ou par groupe de deux ou 3 sièges. Les bagages à main iront se ranger tous seuls comme des grands dans leur compartiment ; il faudra simplement les déposer à l’entrée dans l’avion.
A l’avant de l’appareil, les sièges permettront de relaxer et de faire le plein d’énergie. Il pourront aussi s’orienter vers les hublots lorsqu’il y aura des paysages à admirer, ou bien se mettre en position semi-horizontale pour contempler les étoiles la nuit.
Tout cela fait rêver, mais il faudra attendre un petit 40 ans.

siege avion
golf avion

avion futuriste


Source: Vincent Abry

En bref : 5 milliards d'euros pour l'éolien offshore - Il n'y aura pas de coupure de courant en Allemagne - Les producteurs d'électricité s'insurgent

=> 5 milliards d'euros pour l'éolien offshore

Le programme de financement pour l'éolien offshore de la Banque publique allemande (KfW) [1] a été lancé : cinq milliards d'euros doivent aider à la construction de dix parcs éoliens offshores. Ce programme a été conçu en partenariat avec le Ministère de l'économie (BMWi) dans le cadre de la sortie accélérée du nucléaire, "qui doit impliquer une entrée accélérée dans l'aire des renouvelables" selon le Vice-chancelier et Ministre de l'économie Philipp Rösler.

[1] la KfW est une banque de crédits, cofinancée par l'Etat (80%) et les Länder (20%)

Pour en savoir plus : [2]
Source : [3]

=> Il n'y aura pas de coupure de courant en Allemagne

Une majorité d'experts de l'énergie en Allemagne s'accorde à dire qu'il n'y aura pas de panne d'électricité due à la sortie du nucléaire et que celle-ci pourrait même avoir lieu plus tôt que ce qui a été annoncé par le gouvernement. "Les réserves de courant seront certes légèrement restreintes mais pas significativement affaiblies". C'est ainsi que le journal Süddeutsche Zeitung résume l'avis d'un professeur de l'Université technique de Berlin (TU), de l'Agence nationale pour l'environnement (UBA), de l'Institut pour l'économie de l'énergie de l'Université de Stuttgart (IER), de l'Académie nationale des Sciences (Die Leopoldina), de l'Institut de recherche pour l'économie de l'énergie de l'Université de Munich, ainsi que de l'Oko-Institut et de Greenpeace. Le seul dissident, montré du doigt par ces derniers, est l'Agence nationale des réseaux (Bundesnetzagentur).

Source : [4]

=> Les producteurs d'électricité s'insurgent contre la prolongation de l'impôt sur les combustibles

Malgré la décision de sortie du nucléaire, le gouvernement a décidé de maintenir l'impôt sur les combustibles jusqu'en 2016, assurant ainsi des revenus de 1,3 milliards d'euros par an pour l'Etat et le financement des renouvelables. Le PDG de Eon, Johannes Teyssen, estime que les dommages subis par son entreprise s'élèvent à des dizaines de milliards d'euros et a annoncé, la semaine suivant la décision gouvernementale, vouloir déposer un recours contre cette dernière. RWE, EnBW et Vattenfall n'ont pas déclaré vouloir se joindre à cette plainte mais ont depuis publiquement exprimé leur opposition à la décision. Les quatre producteurs d'électricité veulent bien reconnaitre la volonté de la majorité de sortir du nucléaire mais refusent d'en être les "doubles perdants". Le gouvernement, qui se pense légitime dans ses décisions, n'a pour l'instant pas répondu à leurs réclamations.

Source : [5]
ORIGINE :BE Allemagne numéro 530 (16/06/2011) - Ambassade de France en Allemagne / ADIT -

jeudi 16 juin 2011

La batterie lithium semi-liquide de Yet-Ming Chiang va-t-elle changer le monde ?

nullnullPhoto: Yet-Ming Chiang, américain d'origine taïwanaise, chercheur au MIT, co-fondateur d' A123 System et fondateur de 24M technologies, start-up qui est née sur la base d'une technologie de batterie lithium semi-liquide révolutionnaire.

 La batterie lithium semi-liquide de Yet-Ming Chiang va-t-elle changer le monde ? Je pense que OUI. Depuis que je suis l'actualité des CleanTechs (c'est à dire depuis 6 ans en cumulant PlanèteBleue + ElectronEconomy), je n'ai jamais rencontré une approche aussi révolutionnaire: du stockage d'électricité en tout lieu (maison, voiture...) à 70-150 euros le kWh, et de plus sous une formeliquide, liquide qui peut servir à remplir les réservoirs des batteries nouvelle génération de véhicules électriques. C'est tout simplement époustoufflant de potentiel. Les STEP (pompage-turbinage), les systèmes CAES (air comprimé) et le stockage hydrogène prennent subitement un grand coup de vieux. Il faudra cependant attendre quelques années avant la commercialisation de la nouvelle batterie. 

Shaï Agassi (BetterPlace), sur la base des technologies disponibles il y a 2-3 ans (c'est à dire des batteries lithium "solides"), a proposé l'approche la plus intelligente (tant sur le plan technique qu'économique) pour accélérer la pénétration des véhicules électriques sur le marché: séparer batterie et voitures à la vente et installer des stations d'échange de batterie.  Mais là, avec la batterie semi-liquide, les règles du jeu changent complètement (ce qui ne veut pas dire que BetterPlace ne parviendra pas à s'adapter à cette rupture technologique, loin de là...).
Avec la batterie semi-liquide, chacun peut installer des mini-éoliennes ou des panneaux solaires sur son toit, et stocker l'énergie collectée sous la forme d'un liquide "énergétisé" (le mot est pas terrible, mais cela permet de simplifier le discours). La maison devient autonome en énergie. Si vous appelez une puissance d'1kW en moyenne (c'est à dire que vous consommez 24 kWh en 24 heures), et que vous voulez avoir 2 jours d'autonomie complète sans vent ou sans soleil, il vous faut alors une capacité de stockage de 48 kWh.  Une voiture parcourt en moyenne 30 km par jour, et un voiture électrique consomme 15 kWh aux 100 km. Autrement dit, 5 kWh par jour suffisent, soit 20% de la consommation électrique de la maison en question.  
Comment faire durant les périodes de plus de 2 jours sans vent (ou sans soleil) ? Chaque quartier et chaque village pourrait être équipé d'une mini-centrale électrique à (bio)méthane collective (privée, publique ou semi privée/publique), par exemple une BloomBox, produisant de l'électricité durant ces périodes spéciales. Chacun apporterait alors son liquide pour l'énergétiser, et hop, 2 jours d'autonomie supplémentaire. Si la période sans aucun vent (ou sans soleil) dure une semaine, ce qui est rare, il faut alors aller 4 fois faire le plein. Un stock de liquide énergétisé d'avance et disponible en location pourrait être également constitué.
Un système d'échange de liquide entre habitant d'une même ville (par exemple via internet) pourrait aussi se mettre en place. "Je pars en vacances, ma maison va produire pendant une semaine du liquide énergétisé que je ne pourrai pas utiliser, je le laisse à bon prix."
"Je reçois de la famille ce week end à l'occasion de l'anniversaire de notre grand-père, j'ai besoin de liquide énergétisé additionnel". Une chaîne symbiotique pourraît ainsi émerger.
Chaque maison, chaque entreprise, chaque parking deviendrait un puits de pétrole vert, pétrole vert échangeable facilement car sous forme liquide.

Cela à l'air de rien. Mais cela constitue une énorme révolution. Cela signifie, en clair, la fin des systèmes de production électrique centralisés, la mort des centrales nucléaires et des centrales au charbon.

"(...) The demonstration of a semi-solid lithium-ion battery is amajor breakthrough that shows that slurry-type active materials can be used for storing electrical energy," Yury Gogotsi, Distinguished University Professor at Drexel University and director of Drexel’s Nanotechnology Institute, said. This breakthrough "hastremendous importance for the future of energy production and storage.  Gogotsi added that it "may take years" before commercial version of the battery can become available, but there are not any "fundamental problems that cannot be addressed" by additional research (...)"


i-Cocoon : la bulle immersive

jeu immersif

i-Cocoon est un concept de cocon immersif proposé par la firme de design NAU.
Ici la personne est plongée dans une bulle en fibre de carbone de 4 mètres de diamètre et qui offre une vision sur 360 degrés.
Le dome enregistre les mouvements de l’utilisateur grâce à un système de caméras vidéo et d’un capteur au sol. Les informations sont envoyées aux serveurs placés sous la bulle. Ceux-ci calculent la position de la personne en temps réel afin de recréer et faire évoluer l’univers virtuel dans laquelle elle est plongée.
Les applications du i-Cocoon sont multiples : de la téléconférence à la relaxation, en passant par du jeu vidéo immersif en réseau avec d’autres gamers qui utiliseraient eux aussi le cocon.
cocon immersif
immersive cocoon

Source: Vincent Abry

mardi 14 juin 2011

Difficile ouverture des marchés du gaz et de l'électricité

La Commission de régulation de l’énergie vient de communiquer les derniers chiffres de l’ouverture encore très relative des marchés du gaz et de l’électricité. Si les opérateurs alternatifs dans l’électricité ont enregistré 41 000 clients supplémentaires à la fin du premier trimestre 2011, le nombre d'entreprises en « offres de marché » a encore régressé de 1,1 %, alors que les prix continuent d’augmenter.
Après presque 4 ans d’ouverture à la concurrence des marchés du gaz et de l’électricité, le bilan est maigre voir négatif. Pendant que les tarifs ne cessent d’augmenter, avec une nouvelle hausse de l’électricité pour les entreprises de 4,9% au 1er juillet prochain, les tarifs réglementés continuent de prédominer outrageusement en France, les opérateurs alternatifs peinant à séduire les foyers français comme les entreprises.
Pour rappel, depuis l’ouverture du marché pour l’ensemble des consommateurs le 1er juillet 2007, les clients peuvent désormais souscrire, au choix, à deux types d’offre. En matière de gaz ou d’électricité, les français, qu’ils soient particuliers ou entreprises peuvent souscrire des contrats aux tarifs réglementés de vente (TaRTAM) proposés uniquement par les fournisseurs historiques (EDF et GDF Suez) ou les contrats « en offre de marché » proposés par les fournisseurs historiques et par les fournisseurs alternatifs, qui en déterminent librement les prix.
+2,6% chez les particuliers mais -1,1% chez les entreprises
Selon les chiffres publiés par la CRE, sur le marché de détail résidentiel, l’ouverture du marché de l’électricité à la concurrence est repartie à la hausse avec 41 000 clients supplémentaires (soit + 2,6%) en offre de marché à la fin du premier trimestre 2011, contre 7 000 au quatrième trimestre 2010. Le rythme de l’ouverture du marché du gaz reste stable avec 57 000 clients supplémentaires en offre de marché (soit + 4,3%).
Au 31 mars 2011, seulement 1,6 million de sites sur un total de 30,3 millions étaient « en offre de marché » en électricité. Sur le marché du gaz, 1,3 million de sites sur un total de 10,7 millions étaient « en offre de marché », dont 843 000 chez un fournisseur alternatif.
En revanche, sur le marché de détail non résidentiel, le nombre de clients en offre de marché en électricité a diminué de 1,1% par rapport au trimestre précédent. Sur le marché du gaz, le rythme d’ouverture continue de ralentir avec 4 000 clients supplémentaires en offre de marché (soit +1,6%) à la fin du premier trimestre 2011, contre 9 000 au quatrième trimestre 2010.
Sur un total de 4,9 millions sites au 31 mars 2011, 720 000 sites étaient en offre de marché en électricité (dont 12 300 au TaRTAM), dont 371 000 chez un fournisseur alternatif (52%, en hausse de 1 point). Sur le marché du gaz, 274 000 sites sur un total de 681 000 sont en offre de marché, dont 129 000 chez un fournisseur alternatif (47%, en hausse de 1 point).
93% des clients en électricité aux tarifs réglementés
« Le marché de l’électricité reste dominé par les tarifs réglementés » conclut logiquement la CRE. Au 31 mars 2011, 93% des sites toutes catégories confondues soit 65% de la consommation étaient aux tarifs réglementés. Sur le marché du gaz, 66% de la consommation est en offre de marché bien que 86% des sites restent aux tarifs réglementés.
Lors des mises en service effectuées à l’occasion des emménagements au cours du premier trimestre 2011, 29% des consommateurs résidentiels et non résidentiels ont fait le choix d'un fournisseur alternatif de gaz et 9% ont fait celui d’un fournisseur alternatif d’électricité.
SOURCE : Enviro2B

lundi 13 juin 2011

Deux sénateurs américains veulent interdire la monnaie virtuelle Bitcoin La suite sur : Deux sénateurs américains veulent interdire la monnaie virtuelle Bitcoin Informatique et high tech

Les monnaies virtuelles sont souvent l'outil d'enjeux plus grands. C'est ce que viennent nous rappeler deux sénateurs américains, qui veulent faire interdire par les autorités des Etats-Unis la monnaie virtuelle Bitcoin. Raison invoquée : elle est utilisée par les vendeurs de drogues.

La monnaie virtuelle Bitcoin n'est pas un système de paiement centralisé type Paypal ou Facebook Credits. Cette monnaie a un statut un peu particulier, puisqu'elle fonctionne sur le modèle du peer-to-peer : les transactions sont gérées par le réseau, de façon collective, et n'est donc pas gérée par une organisation centralisée et identifiable. Cela apporte plusieurs avantages pour les utilisateurs : des commissions faibles, une utilisation internationale, aucune possibilité de bloquer les comptes, etc.

Le principe est simple. N'importe qui peut utiliser une application open-source pour générer des Bitcoins, une unité monétaire qui peut ensuite s'échanger entre pairs sur le réseau. Bitcoin est dédié à l'achat de contenus (musique, livres, jeux vidéos) ou de services (hébergement, etc). Il est également possible d'échanger cette monnaie contre de l'argent, que ce soit en dollars, en euros, ou autres. L'initiative semble donc particulièrement bonne, et selon ses créateurs, « change la finance de la même manière que le web a changé la publication » de contenus.

Sauf que pour les deux sénateurs, les démocrates Charles Schumer et Joe Manchin, cette monnaie décentralisée cacherait d'autres utilisations. Ils dénoncent notamment l'usage fait par des trafiquants de drogue, qui s'échangeraient des enveloppes de produits illicites contre un virement via Bitcoin. « La seule méthode de paiement pour ces achats illégaux est une monnaie peer-to-peer intraçable connue sous le nom de Bitcoins, » expliquent les deux sénateurs dans une lettre au procureur général Eric Holder et à la Drug Enforcement Administration (autorité policière de lutte contre les drogues). « Après avoir acheté des Bitcoins via une place d'échanges, un utilisateur peut créer un compte sur Silk Road (un site web qui servirait au trafic de drogues, NDLR) et commencer à acheter des drogues illégales à des individus du monde entier, et les recevoir directement chez eux dans les jours qui suivent. »

Si les sénateurs veulent lutter contre la monnaie d'échange plutôt que contre le site, c'est que les moyens d'actions sont plus importants. Alors que le site peut rouvrir, être hébergé en dehors du territoire américain, ou réapparaître sous d'autres noms, il faut nécessairement passer par une transaction d'échange entre de la monnaie réelle et des Bitcoins. Ces transactions passent par des comptes bancaires, comme le Mt. Gox Bitcoin Exchange, qui seraient plus faciles à viser qu'un site web.

La possibilité de geler les comptes auprès du réseau de banques Mt. Gox n'est pas prouvée pour autant, le compte étant a priori hébergé au Japon. Les utilisateurs de Bitcoin sont évidemment en colère contre la demande des deux sénateurs, qui pourrait mettre fin à une expérience en dehors des chemins balisés des banques et autres Paypal. 
Source: Clubic

Prix Entreprise et Environnement 2011, les candidatures sont ouvertes.

Prix environnement et entreprise 2011

Le ministère de l’Ecologie, du Développement Durable, des Transports et du Logement, en partenariat avec l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME), lancent l’appel à candidatures pour les Prix Entreprises et Environnement. Ils récompensent les entreprises innovantes en matière de développement durable. Le prix rentre dans le cadre de la « stratégie nationale de développement durable, 2010-2013, vers une économie verte et équitable ». Les entreprises disposent jusqu’au 16 septembre 2011 pour déposer un dossier dans l’une des cinq catégories possibles :
  • Ecoproduit pour le développement durable : ce prix récompense des entreprises pour desproduits ou services apportant des progrès dans le sens du développement durable. Sont pris en compte, en particulier, les efforts de l’entreprise pour réduire les impacts environnementaux tout au long du cycle de vie du produit ou du service.
  • Technologies économes et propres : ce prix récompense des entreprises ayant réalisé pour leurs besoins propres desinvestissements innovants qui ont concouru à la réduction des consommations d'énergie et/ou des pollutions.
  • Innovation dans les écotechnologies : ce prix récompense des entreprises du secteur des écotechnologies (eau, déchets, air, sols, performance énergétique, énergies renouvelables...) qui ont mis sur le marché une innovation en matière de produit, de procédé ou de service, ayant permis de faire progresser significativement une filière.
  • Management et initiatives pour le développement durable : ce prix est décerné à des entreprises qui mettent en œuvre un système de management ou prennent des initiatives allant dans le sens du développement durable, y compris en matière de partenariat avec des organismes de toute nature dans les pays en voie de développement.
  • Biodiversité et entreprises : ce prix récompense les entreprises qui développent les meilleures pratiques en la matière. Cette catégorie comporte les quatre mentions suivantes : « produit pour la biodiversité », « démarche de gestion de site», « initiative de sensibilisation » et « projet pour la biodiversité ».
Pour obtenir un dossier de candidature, cliquez simplement sur la catégorie voulue.


vendredi 10 juin 2011

Paris présente ses 40 projets de « mobilier urbain intelligent »

(vidéo) Abribus interactifs, aides à la mobilité et aux véhicules électriques, panneaux à réalité augmentée… 40 projets vont être expérimentés dans les 20 arrondissements de la capitale pendant six à douze mois.

La mairie de Paris a présenté ce mardi après-midi, lors d’un point presse,les 40 projets de mobilier urbain intelligent qu’elle a retenus après appel à projets, ce qui fait de Paris « une des premières villes à lancer un projet de cette ampleur », a affirmé Jean-Louis Missika, adjoint au maire de Paris chargé de l’innovation.

Afficher Mobilier Urbain Intelligent sur une carte plus grande
Ces 40 projets émanent « de quelques incontournables, JC Decaux (NDLR: 7 projets pour l’opérateur des Vélib’), Clearchannel, Bouygues, Orange », a commenté Jean-Louis Missika, qui a noté au passage que les abribus innovants proposés par les grands concurrents que sont JC Decaux etClearchannel pourront être testés et comparés par les Parisiens.
Mais à côté de ces géants, a-t-il souligné, parmi les 27 entreprises ou groupes auteurs des projets retenus, il y a aussi des start-ups, des chercheurs indépendants, des designers, une société espagnole,Sabacaucho, qui présente le potelet XLast, lumineux et à mémoire de forme…
« Besoin d’inventivité »
« Le mobilier urbain est un élément essentiel du service aux habitants, au point que parfois on ne le voit plus, comme les chaises dans un parc, les abribus », a exposé l’adjoint au maire, mais il est difficile de les faire changer suivant les évolutions technologiques et écologiques, en raison des contraintes des marchés publics qui les réservent souvent aux grandes entreprises.
Et même ces dernières  « ont peu de marge de manoeuvre pour aller au-delà d’une offre standard et classique. Mais il y a un besoin d’inventivité et de création », estime Jean-Louis Missika.
D’où l’appel à projets lancé fin 2010 par la Ville. Les projets lauréats peuvent bénéficier d’une aide à l’innovation, d’un montant maximal de 30.000 euros (la moitié des projets vont l’avoir). Les mobiliers urbains testés seront déployés sur une soixantaine de sites dans la totalité des 20 arrondissements de Paris. « C’est une mise à disposition de l’espace public, pas un appel d’offres: la ville est un laboratoire d’expérimentation », commente Jean-Louis Missika.
Les 40 projets se répartissent dans les catégories suivantes:
  • Panneaux interactifs mobiles (il y aura un deuxième appel à projets prochainement pour la création de services sur ces supports, qui de par leur cahier des charges doivent fonctionner avec un système ouvert, permettant des applications tierces).
  • Aides à la mobilité (recharge des véhicules électriques – commeModulowatt -, parkings etc.)
  • Mise en valeur du patrimoine culturel et de proximité
  • Equipements intégrés (abris voyageurs, colonne Morris, etc.)
  • Design et services
  • Les inclassables: potager mobile aquaponique, champignonnière urbaine (à partir de marc de café) – deux projets U-farm.
Certains points tirés de ces expérimentations pourront être intégrés dans des appels d’offres ensuite, ont indiqué des représentants de la Ville. Fin 2011, l’exclusivité d’Orange sur les cabines téléphoniques de la capitale prend fin, et en 2013 aura lieu le prochain appel d’offres sur les abribus, par exemple.
Informations gratuites
Pour ces 40 projets, tous les services d’information seront gratuits, les autres peuvent être payants (comme la vente ambulante de plats prêts à cuisiner). Une redevance de 100 euros par mois et par mobilier sera versée, et pour ceux générant un chiffre d’affaires, 16% de ce revenu. L’électricité consommée par les objets (bon nombre en nécessitent, dont plusieurs alimentés pour tout ou partie en solaire) sera à la charge des porteurs de projet.
Il serait difficile de citer tous les projets ici (voir leurs présentations vidéo), mais en voici quelques exemples:
  • Le panneau à réalité augmentée nAutreville, conçu par l’ENSCI, est un panneau interactif translucide d’information sur le quartier (plans, services, histoire…), tournant sur 360°.
  • ParkSense, par SmartGrains, est un détecteur de places de stationnement: des capteurs sans connexion filaire pour guider les usagers vers les places libres, via des applications mobiles.
  • Icilasong, par Cécile Planchais Design, associera à des lieux dédiés (comme la Gaîté lyrique) des extraits sonores à écouter sur smartphone.
  • La smart borne sur candélabre, par Newtech Concept (auteur de 4 projets) est une tablette multifonction: recharge électrique, information pour piétons, etc., accueillant tous les programmes conçus pour Android.
  • La borne muséographique pour cimetières, de Tracetel (4 projets en tout) permet de télécharger le plan et la localisation des tombes sur les smartphones.
Les premiers prototypes seront installés dès cet été, les derniers fin 2011 ou tout début 2012, pour que l’expérimentation (de six mois, renouvelable une fois) soit entièrement achevée fin 2012. « Cette expérimentation pourra nous apporter des idées sur ce que nous faisons dans les grands projets comme les voies sur berges », a indiqué Jean-Louis Missika.
Les Parisiens seront sondés pour connaître leurs réactions sur ces mobiliers, et ils pourront donner leur avis sur le site de la ville,; voire sur les mobiliers eux-mêmes quand ils sont interactifs.
Une des grandes inconnues (outre la résistance physique de ces équipements par nature très exposés, et leur adoption ou non par les Parisiens) sera le niveau de dégradation (malveillance, vols etc.), plusieurs intégrant des métaux, puces RFID et autres composants pouvant tenter les indélicats. Voir le niveau élevé des dégradations de Vélib’.
Ce sera une des leçons à suivre de l’expérimentation, ont reconnu les représentants de la Ville.