lundi 30 mai 2011

Infinity Ventures Summit In Sapporo: Demos From 14 Japanese Startups

Earlier this week, I took part in Infinity Ventures Summit (IVS) Spring 2011 in Sapporo [this and many of the following links are in Japanese], a two-day, invitation-only event that takes place twice a year in Japan. IVS attracted over 400 people from the domestic and international web industry this time and is organized by VC firm Infinity Venture Partners (which just raised US$41 million for their IVP Fund II).
Apart from panel discussions and presentations, some hours of the program gave a total of 14 Japanese start-ups the chance to present their services onstage. Here’s a rundown of all companies that participated at the IVS launchpad this time.

IVS Spring 2011: One winner and four runners-up

enchant.js by Ubiquitous Entertainment (winner of the launchpad)
Best of show went to enchant.js, an HTML5/Javascript-based game engine for smartphones and web browsers. enchant.js is open source and free to use (MIT or GPL dual license). This is an example of how an RPG developed with the engine could look like, here is a jump and run game developed with enchant.js (over 100 games have been developed based on the engine in less than a month). enchant.js was created by 19 year old Ryo Tanaka (more information in English on the engine can be found here).

Location base magazine by Hakuhodo DY Media Partners
Location base magazine is a geo-aware iPhone app that leads users to spots in Japan that were shown in popular TV shows. Last year, maker Hakuhodo DY Media Partners developed an app that helped fans of popular period drama Ryomaden to travel to locations the series was filmed at. The app was even available in English and included a number of additional multi-media features for fans (location-based background music, location-based photo frames etc.).

Feel on! by L is B
Feel on! is a Twitter client that uses a so-called social emotion engine to analyze the content of your tweets and turn your timeline into a comic strip of sorts. Users can switch between comic and “normal” display mode with the push of a button. Feel On!, which is available on the web and in the form of an iPhone app, is currently available in Japanese only, but an international version is already on the works (more information in English can be found here).
Launched in March this year, READYFOR? is Japan’s first crowdfunding service. It works much like Kickstarter in the US, but the focus here is to make it possible for artists in particular to get their projects (music, movies, fashion etc.) financed. The people behind this project, for example, are currently trying to collect 600,000 Yen/$7,400 for a documentary on Fukushima (more information on READYFOR? in English can be found here).
Reengo by Kayac
Reengo is an iPhone VOIP app that lets you call your Facebook friends without having to dial numbers – choosing a person from the Facebook friend list and pushing a button is enough. The app works with 3G and Wi-Fi and was downloaded in the Japanese App Store 80,000 times (it’s bilingual but not yet available in other stores) in 15 days. Reengo for Android is currently in beta, with maker Kayac saying an iPad version is on the way, too.

The other launchpad demos at IVS Spring 2011

  • Ubiregi, an e-commerce solution that uses the iPad to replace cash registers and lets users analyze the wealth of sales data that can be collected that way via a web app backend (an English version will be available soon)
  • Twepub, a smartphone/tablet app that lets users read, share and publish e-books (in the EPUB format) via Twitter
  • Mangaget, a manga sharing site that lets creators publish comics on the PC, tablets, smartphones and Japanese feature phones simultaneously (with 27,000 manga uploaded at this point, it’s Japan’s biggest site of its kind)
  •, a free iPhone app that businesses can use as a questionnaire and promotion tool (it’s bilingual but currently available in the Japanese App Store only)
  • UltraBeam, an Android browser for playing Flash Lite games originally designed for Japanese feature phones (touch control ports are said to take just minutes per title)
  • Omotenashi, a semantic match engine that – according to maker Taggy – boosted CTR in ads by a factor of 1.8 during a recent trial run on the Japanese web
  • Livlis, a Twitter-based barter service (more information in English on Livlis can be found here and here)
  • Lococom, a social/geo-aware/real-time service that lets users share information about their neighborhoods and gives virtual points to active users that can be redeemed in various ways later (available on the web, feature phones, and the iPhone)
Source: Techcrunch

vendredi 27 mai 2011

Google Unveils Wallet And Offers: An Open Platform For Mobile Payments

For Google Wallet, Tilenius says that the field trials will begin today and it will be official out this summer. As expected, it will be using NFC technology. By 2014, Tilenius notes that 50 percent of smartphones will have NFC built into them — that’s 150 million devices.

We’re here at Google’s massive New York City HQ (they own an entire block) for what Google was calling a “partner event” but everyone knew was really an “NFC event”. Sure enough, Stephanie Tilenius, Google’s VP of Commerce, has taken the stage to announce Google Wallet and Google Offers.
Right off the bat, Tilenius wanted to make it clear that this would be an open platform. She invited “payment networks, carriers, and banks to join us in creating tomorrow’s shopping experience”. And some of those partners are already on board. Citi, Mastercard, FirstData, and Sprint are the initial partners.
With Wallet, you’ll be able to add your existing credit cards (though only Citi-backed Mastercards are a partner right now of the major card companies). And it’s a wallet you can lock, Tilenius notes. There are multiple levels of security. There’s the phone lock, a required Google pin, credit card information encryption, and your credit card number is never fully displayed.

Right off the bat, Google Wallet will work with Mastercard Paypass. This means right now 300,000 merchants around the world and 120,000 in the U.S. are technically ready (though it’s not rolling out everywhere yet). It will initially work with “Gcard” a Google pre-paid card set up by Mastercard.
The initial trials will be in San Francisco and New York. Tilenius says this will expand nationally in the coming months.

The other component of the announcement is Google Offers. These work seamlessly with Google Wallet. You find an offer you want, save it to Wallet with a click and you’re ready. You can redeem them by tapping the phone at the point of sale. Or you can show the offer to a cashier.
Initially, Macy’s, Subway, Walgreens, Toys R Us, and more are partners. The first trial programs will be in San Francisco, New York, and Portland this summer.

Tilenius notes that the first offers will be “offer of the day” but notes that “this is just the tip of the iceberg.” Eventually, there will be check-in offers, offer ads (ads on Google that are really offers that you can easily transfer to Wallet), and others.

Coming this fall, Google notes that the ability to receive digital receipts will be a part of Wallet as well. This means no more paper receipts (awesome). And digital loyalty cards are another thing they’re working on. There were also hints of the gaming dynamics down the road to make mobile payments more engaging and fun.

Some other Googlers took the stage to show off a demo of how the system will work, and it looks good. But again, Google is really pushing the “open” aspect of this. They want and need more partners for this to really take off.

Google says that they don’t plan to charge for access to Wallet. It will be free to partners. They also say they want to make sure Wallet/Offers ensure a level playing field. Everyone from flower shop owners to massive chains should be able to use this in the same way.

There will be APIs eventually. And Google plans to work with partners to promote open standards. They say they’ll keep it “as open as possible” as long as that doesn’t sacrifice on security and user choice.

Yesterday at TechCrunch Disrupt, Tilenius said on stage that Google was making a huge bet on NFC as a company. Indeed.
Find out more here and here.

Source: Techcrunch

jeudi 26 mai 2011

Selon la Société Fraunhofer, l'Allemagne peut passer à 100% d'énergies renouvelables d'ici 2050

2.000 scientifiques répartis dans 16 divisions thématiques autour des énergies renouvelables travaillent à l'heure actuelle au sein de l'organisme de recherche sur des concepts et des technologies pour les décennies à venir. La Fraunhofer a exposé son bilan et ses perspectives sur le sujet le 10 mai 2011 à Munich.

La société Fraunhofer (FhG) est une des plus importantes institutions de recherche appliquée d'Allemagne et d'Europe. Elle fait partie, avec la société Max-Planck (MPG) et la communauté des centres Helmholtz, des principaux acteurs de la recherche extra-universitaire allemande. Lors d'une conférence de presse le 10 mai 2011 au siège de la société Fraunhofer à Munich, son président M. Hans-Jörg Bullinger a présenté le bilan financier de la société pour l'année 2010 et a exposé la politique et les grands chantiers en matière d'énergie pour le futur à l'horizon 2050.

La Société Fraunhofer est depuis plusieurs années déjà impliquée dans le développement des énergies nouvelles, et les récents évènements de Fukushima, qui ont influencé de manière considérable l'opinion publique et les gouvernements depuis quelques semaines, ne vont en revanche pas provoquer un bouleversement dans la politique de l'organisme de recherche. Ceux-ci pourraient en revanche accélérer les prévisions et études faites antérieurement à la catastrophe, en fonction des décisions politiques inhérentes.

Les énergies seront l'un des principaux enjeux de demain en matière de recherche et la FhG travaille d'ores et déjà à la restructuration du paysage énergétique allemand avec comme perspective les énergies renouvelables. Le président Bullinger précise notamment qu'environ 2.000 scientifiques travaillent à l'heure actuelle sur ce sujet à la FhG, répartis dans 16 divisions thématiques. Avec l'objectif ambitieux d'atteindre les 100% d'énergies renouvelables, les chercheurs de la Fraunhofer travaillent sur des concepts et des solutions pour les décennies à venir, en considérant les avancées technologiques des prochaines années, ainsi que la viabilité économique de tels scénarii.

Il résulte de ces études une conclusion claire : les énergies renouvelables sont économiquement viables. Eicke Weber, directeur de l'institut Fraunhofer pour l'énergie solaire de Fribourg (Bade-Wurtemberg), analyse ainsi les enjeux économiques actuels : "Pour pouvoir maintenir à l'avenir l'électricité, le chauffage et les transports à des prix abordables, nous devons utiliser l'énergie de manière plus efficace et exploiter davantage les énergies renouvelables". L'étude portant le titre "Vision pour un système énergétique 100 pour cent renouvelable" [1] montre comment atteindre à l'horizon 2050 une production d'énergie fiable et économiquement viable uniquement avec des sources renouvelables en Allemagne, avec notamment un fort développement du solaire, de l'éolien, ainsi que des réseaux dits "intelligents" et des systèmes de stockage de l'énergie.

"Le chantier des énergies renouvelables va dans un premier temps engendrer des surcoûts. Ceux-ci atteindront leur maximum vers 2015 avec une somme d'environ 17 milliards d'euros. Cela correspond toutefois seulement à huit pour cent des dépenses globales pour l'énergie en Allemagne. Les coûts vont par la suite retomber. Dans la période de 2010 à 2050, considérant seulement les coûts dans les secteurs de l'électricité et du chauffage, 730 milliards d'euros peuvent être économisés" explique Prof. Jürgen Schmid, directeur de l'Institut Fraunhofer pour l'énergie éolienne de Kassel.

L'investissement dans le développement des énergies renouvelables aura inévitablement une répercussion sur le prix de l'électricité. Celui-ci devrait augmenter dans un premier temps de 11,5 ct/kWh aujourd'hui jusqu'à 13,1 ct/kWh en 2015, pour ensuite descendre continuellement jusqu'à 7,6 ct/kWh en 2030 puis 6,3 ct/kWh à l'horizon 2050 [1]. Cela impliquerait, selon ces estimations, que le courant provenant de sources renouvelables deviendrait économiquement plus rentable que les sources fossiles dès 2025.

L'autre retombée économique de la transition énergétique se fera ressentir au niveau de la création d'emplois. Les chercheurs prévoient qu'en 2020, près de 2,8 millions de travailleurs seront concernés par les énergies nouvelles dans l'Union européenne, soit une augmentation nette de 400.000 emplois pour l'économie de l'Union européenne [2]. L'Allemagne serait elle-même largement concernée par ces résultats, car d'après une étude du ministère pour l'environnement, la protection de la nature et de la sécurité nucléaire (BMU), 200.000 emplois supplémentaires seraient créés au niveau de l'Etat fédéral [3].

=> Les projets d'"après-demain" de la société Fraunhofer

La conférence de presse fut également l'occasion d'évoquer succinctement les " marchés d'après-demain ", réponses aux défis du présent. Dans la continuité des stratégies développées les années précédentes, la Société Fraunhofer a analysé quels seront les défis cruciaux du futurs, pour retenir 5 projets " d'après-demain " sur lesquels travaillent les scientifiques :
1 - Skinheal : Heilende Haut in der Petrischale - De la peau curative en boite de pétri
2 - SteriHealth - für bessere Hygiene in der Medizin - Pour une meilleure hygiène dans la santé
3 - Supergrid: Strom effizient erzeugen, speichern und verteilen - Produire de l'électricité de manière efficiente, la stocker et la distribuer
4 - Hybride Stadtspeicher -Stockages d'énergie hybrides
5 - Perfekt getrennt - ressourcenschonend produziert. - Ménagement des resources

ORIGINE : BE Allemagne numéro 526 (18/05/2011) - Ambassade de France en Allemagne / ADIT -

Schneider Electric Introduces Energy University

Energy management specialist Schneider Electric has introduced the debut of Energy University, a free, vendor-neutral, online educational community that provides the basics needed to implement successful energy efficient solutions scaling various applications.The online courses are designed to support decision-making in management, planning, design, or construction of a space impacted by energy industry as well as providing expertise to address efficiency issues and apply simple, reliable and cost effective measures.
Marcel Hochet, Country President, Schneider Electric Nigeria says, “As the leader in energy management, our company believes that there is a significant opportunity for sustainable energy savings that is not addressed by industry and consumers today. People and organizations are interested in saving energy and reducing their energy costs, they just don’t know how. Through Energy University, we expect to enable anyone to better understand and act on these opportunities to do more with less.”

Hochet also notes that “Energy University will reduce complexity and raise awareness by providing global users easy access to practical education on all aspects of energy management.”

Schneider Electric Nigeria’s Communications Manager, Anne Ezeh, states, “Awareness, knowledge and education are the key to helping companies and users discover the significant energy savings that are possible today. Energy University’s primary mission is to provide users with free expert knowledge of various topics to enable them implement energy-efficient solutions in every facet of their lives- work, home, business or industry.”

Energy University offers courses which are product-agnostic and focus on the critical concepts and best practices necessary related to energy management. Academic experts from all areas of Schneider Electric assist in the development and creation of the courses. Currently, more than 40 courses are offered, including Active Energy Efficiency using speed control ; Demand response and the Smart Grid; Distributed generation ; Energy Audits ; Energy Efficiency Fundamentals ; Energy Efficiencyunits and concepts.

La rivière du Niagara va produire de l'électricité

La rivière du Niagara va produire de l'électricité« Big Becky », le nom de la foreuse utilisée pour creuser un tunnel de 10 kilomètres sous les chutes du Niagara (Canada), a achevé son travail, mais la quête pour un avenir énergétique propre se poursuit.Lorsque l'ensemble des travaux du projet du tunnel du Niagara seront finis en 2013, ce dernier produira suffisamment d'énergie renouvelable pour alimenter 160 000 foyers de l'Ontario et satisfaire les besoins en électricité de toute la péninsule du Niagara.
En effet, le tunnel souterrain accroîtra le débit de l'eau de la centrale électrique Sir Adam Beck de 500 m cubes par seconde. A terme, la capacité de production de la centrale augmentera de 200 MW.

Le tunnel du Niagara - d'un coût de 1,6 milliards de dollars canadien - est le plus important projet d'énergie renouvelable du genre en construction dans le monde. Le projet a créé plus de 400 emplois à temps plein et a rapporté environ 1 milliard de dollars (près de 725 millions d’euros) en avantages économiques pour la région.

« Cet événement majeur fait en sorte que nous sommes à une nouvelle étape de l'augmentation de l'approvisionnement en énergie propre et renouvelable de l'Ontario. Notre plan énergétique est en train de créer des milliers d'emplois, tout en purifiant l'air que nous respirons et en assurant un courant continu dans nos foyers et nos entreprises », précise Dalton McGuinty, Premier ministre de l'Ontario.
La rivière du Niagara va produire de l'électricité

Le Plan énergétique à long terme de l'Ontario vise à remplacer la production d'énergie au charbon par des projets d'énergie renouvelable provenant de l'eau, du vent, du soleil et de la bioénergie. Ces nouveaux types d'énergies ont permis de créer 20 000 emplois dans l'ensemble de la province.

« Ceci est une importante réalisation alors que nous continuons à transformer et à moderniser le réseau électrique de l'Ontario. Nos investissements font progresser l'économie et nous nous assurons d'avoir un réseau énergétique sur lequel les habitants de l'Ontario pourront compter pour encore bien des générations », lance Brad Duguid, Ministre de l'Énergie.
Le projet de tunnel de Niagara

Le tunnel de Niagara est l'un des nombreux projets récemment achevés ou en cours de réalisation qui transforment le réseau électrique de l'Ontario.
La rivière du Niagara va produire de l'électricité
Ce projet détournera de l'eau de la rivière Niagara pour l'acheminer vers les centrales de Niagara Falls. Lorsqu'il sera achevé, il permettra à Ontario Power Generation d'accroître la production de la centrale Sir Adam Beck d'environ 1,6 terawatt-heures d'électricité. La construction du tunnel a débuté le 1er septembre 2006 et les travaux devraient être achevés en 2013.
Big Becky est un tunnelier de 150 mètres de longueur, pour une hauteur équivalente à un édifice de plus de 4 étages (14,4m) et qui pèse environ 4 000 tonnes. Dans le tunnel long de 10,2 km, l'eau circulera à un débit de 500 mètres cubes par seconde, assez rapidement pour remplir une piscine olympique en quelques secondes.
C'est la société Strabag AG qui a été choisie pour concevoir et construire le tunnel à la suite d'un appel d'offres international.
L'énergie provenant d'installations hydroélectriques propres, dont celles des chutes Niagara, représentait environ 20 % de l'électricité produite en Ontario en 2010. La province compte présentement plus de 150 installations hydroélectriques qui ont une capacité installée totale de plus de 8 100 mégawatts et qui peuvent produire assez d'électricité chaque année pour alimenter plus de 3 millions de foyers ontariens.

Source: Enerzine

Paris est la 5ème ville la plus connectée au monde

Singapour et Stockholm sont en tête du classement, selon l'étude Networked Society City Index d'Arthur D. Little.

 A l'occasion du Business Innovation Forum organisé par Ericsson dans la Silicon Valley, l'entreprise suédoise de télécommunications a présenté les résultats de l'étude Networked Society City Index menée en partenariat avec le cabinet de conseil Arthur D. Little. Cette étude dresse la liste des 25 villes les plus connectées au monde. Elle démontre que les villes les plus connectées sont les mieux placées pour répondre aux enjeux tels que la gestion de l'environnement, des infrastructures, de la sécurité publique, de la qualité des soins de santé et de l'éducation. Singapour, Stockholm et Séoul tiennent la tête de ce classement, suivie de Londres et de Paris (5ème position), qui précède New York.

Source: Le Journal du Net

mercredi 25 mai 2011

The Red Sea Astrarium : Un Complexe Star Trek de 1 milliard de dollars en Jordanie

La ville d’Aqaba en Jordanie accueillera un complexe futuriste dédié à Star Trek, d’une valeur d’un milliard de dollars.
Ce projet fou dédié aux fans de Monsieur Spock et du Capitaine James Kirk promet des expériences tout droit sorties du 23è siècle, comme des vols spatiaux immersifs. Rubicon Group Holding sera chargé de construire « The Red Sea Astrarium », ce parc d’attraction d’une surface de 184 acres, soit 744 000 mètres carrés (74 hectares). Il sera développé en collaboration avec Paramount Recreation et CBS Consumer Products.
Le complexe utilisera de l’énergie propre créée à la fine pointe des dernières technologies disponibles, et proposera aussi un centre d’information de l’énergie du futur (solaire, éolien, etc…) aux visiteurs et étudiants.
Le projet devrait être terminé et ouvert au public en 2014.

Source: Vincent Abry

lundi 23 mai 2011

Amazon vend plus de livres électroniques que papiers

amazon kindle 195Depuis début avril, le ratio des ventes sur est de 105/100 en faveur des "e-books".

Nouvelle étape importante dans l'essor du livre électronique. Aux Etats-Unis, Amazon annonce vendre désormais moins de livres en format traditionnel qu'en format électronique. Depuis le 1er avril, vend 105 "e-books" quand il ne vend que 100 livres imprimés.

Cette prise de pouvoir du numérique intervient moins de quatre ans après le lancement de la liseuse Kinde. Depuis un an, l'essor du format électronique a connu une forte accélération. En juillet dernier, ses ventes sur dépassaient celles des livres reliés, par opposition aux livres de poche. Puis en janvier 2011, ces derniers étaient à leur tour dépassés. Quelques mois plus tard, les "livrels" se vendent mieux que ces deux catégories réunies.

A première vue, le succès du format numérique n'entraîne pas de baisse des livres traditionnels. Selon une étude de Bowker, les ventes de ces derniers ont progressé de 5 % en 2010 aux Etats-Unis. Mais cette hausse est en trompe-l'œil, puisque elle est uniquement alimentée par les ouvrages traitant de science, d'informatique et de technologie. En revanche les romans, biographies, livres de poésie et d'histoire ont connu un recul de leurs ventes à deux chiffres.

Source: Le Journal du Net

Stratégie énergétique des bâtiments tertiaires : enjeux, modèles économiques et solutions

Stratégie énergétique des bâtiments tertiaires : enjeux, modèles économiques et solutions

Mardi 24 mai 2011, de 9h00 à 12h00

Les « gestionnaires immobiliers » sont confrontés à des exigences multiples (réglementaires, financières, techniques) et à des enjeux clés, dont certains, plus prégnants aujourd’hui qu’hier. Parmi ceux-ci, l’enjeu énergétique qui constitue à la fois un besoin majeur, un poste de coût  relativement significatif et dépend de facteurs multiples (évolution des prix de l’énergie,  technologies en mouvement, réglementations nouvelles,…). 
Aujourd’hui la « qualité énergétique » d’un bâtiment est un élément clé d’une gestion relativement classique (réponse à des exigences réglementaires, recherche de pistes d’économies, etc.) que l’on peut cependant qualifier de « stratégie énergétique » lorsqu’elle se donne comme ambition d’anticiper les changements majeurs (prix de l’énergie à long terme, de nouvelles grilles tarifaires, labellisation, etc.), de s’appuyer sur une palette riche mais aussi fluctuante de leviers économiques et financiers (prêts verts, certificats d’économie d’énergie, green value, etc.), technologiques (systèmes de monitoring et d’analyse, Gestion Technique du Bâtiment, etc.), et juridiques (bail vert, Contrats de Performance Energétique, etc.)
La conférence s’attachera à mettre en perspective les enjeux énergétiques du point de vue d’un « gestionnaire immobilier » et à décrire des leviers d’actions illustrant soit des modèles économiques originaux, soit des innovations technologiques. 
  • Contraintes et enjeux pour "les gestionnaires immobiliers"
  • Entre "qualité énergétique" et "stratégie énergétique"
  • Mise en perspective des enjeux énergétiques
  • Quels leviers d’actions ?
Animateur :
Demba DIALLO et Johann GIRARD, Directeur associé et Directeur, INNHOTEP
Intervenants :
  • MEDDLT : Jérôme GATIER, Directeur de la Mission Plan Bâtiment Grenelle, Direction générale de l'aménagement, du logement et de la nature
  • GDF SUEZ INEO : Carlos MORENO, Conseiller Scientifique de la Business Unit FI&SA branche Energie et Services et Président de SINOVIA
  • IBM : Denis GRAS, Solution Architect et Senior Project Manager, Innovation Lab
  • CITERES : Professeur Mindjid MAIZIA, enseignant-chercheur Université François-Rabelais, UMR Cités Territoires Environnement et Sociétés

vendredi 20 mai 2011

Le Prix de l'inventeur européen 2011 décerné à ...

Le Prix de l'inventeur européen 2011 décerné à ...
L'Office européen des brevets, la présidence hongroise du Conseil de l'UE et la Commission européenne ont décerné mercredi le prix européen le plus prestigieux en matière d'innovation à l'Académie des sciences de Budapest.
Les lauréats par ordre d'importance selon les thématiques d'enerzine :

- PME : Jens Dall Bentzen, Dall Energy Aps (Danemark)

Le four spécial à faibles émissions développé par Jens Dall Bentzen brûle des biocarburants ayant un taux d'humidité de maximum 60 %. C'est donc un moyen idéal et peu onéreux pour produire de l'énergie de manière écologique et très efficace à partir de biomasse dans les usines et ateliers de fabrication.
Le Prix de l'inventeur européen 2011 décerné à ...

- Pays non européens : Ashok Gadgil et Vikas Garud, University of California/Lawrence Berkeley National Laboratory, WaterHealth International (Etats-Unis/Inde)

Le dispositif de désinfection de l'eau par ultraviolets développé par Ashok Gadgil et Vikas Garud n'a besoin que d'une lampe à ultraviolets de 40 watts pour désinfecter 1 000 litres d'eau par heure. Il a été installé dans plus de dix pays dans le monde et alimente plus de deux millions de personnes en eau propre.
Le Prix de l'inventeur européen 2011 décerné à ...

- Industrie : Ann Lambrechts, Bekaert (Belgique)

L'invention d'Ann Lambrechts a ouvert une multitude de nouvelles possibilités architecturales en améliorant la résistance à la flexion des constructions en béton armé. Les éléments en fibre d'acier qu'elle a mis au point augmentent considérablement la résistance du béton à la tension, réduisent les temps de construction et ont permis la réalisation de nombreuses structures spectaculaires, telles que le tunnel du Gothard.
Le Prix de l'inventeur européen 2011 décerné à ...

- OEuvre d'une vie : Per-Ingvar Brånemark (Suède)

Per-Ingvar Brånemark est le pionnier d'une méthode médicale à base d'implants en titane, appelée "ostéointégration", qui établit une connexion stable entre l'implant et l'os. Il s'agit aujourd'hui d'une technique d'implant standard en dentisterie, qui est très répandue dans le domaine de la chirurgie réparatrice.

- Recherche : Christine Van Broeckhoven, Vlaams Interuniversitair Instituut voor Biotechnologie (Belgique)

Le procédé de pointe élaboré par Christine Van Broeckhoven pour identifier les gènes de la maladie d'Alzheimer chez les patients a ouvert la voie au développement de médicaments et de traitements modernes contre cette maladie. Chacun des gènes et protéines qu'elle a identifiés est une "cible" potentielle pour les chercheurs qui mettent au point des traitements contre les maladies neurodégénératives.


mercredi 18 mai 2011

Social insurance company relies on communities to reduce premiums

We've seen a number of innovative insurance initiatives in recent years, from free medical insurance in Mexico City to discounted car insurance for GPS-guided drivers. Now we've spotted friendsurance, an initiative that lets you manage your own insurance claims amongst a select group of friends.

German friendsurance enables its users to create communities of up to 15 people who can help cover an insurance claim in the case of an accident. These friends can be pulled in from a user's Facebook account, and, once they have become a member, they can then provide between EUR 30–50 to help cover a fellow member’s claim. When a claim exceeds the amount the group can provide, friendsurance will then cover the rest of the claim. The “social insurance” model means that many small claims can be handled without the need for involvement from friendsurance itself, which reduces administration costs and thus enables the company to provide cheaper policies. What's more, because the insurance claim is handled by a trusted group of friends, it is also hoped that the model will lead to a reduction in the number of fraudulent claims. Currently offering home, liability and legal insurance, friendsurance claim that that by using this model their policies are up to 70 percent cheaper than their competitors.

As other services and commercial enterprises have already embraced social networking and the 'crowds' wholeheartedly, it's refreshing to see a truly innovative application of these concepts. A model for success — and one to be inspired by! (Related: Auto insurance by the mile.)

Source: Spingwise

Augmented reality app helps libraries keep track of books

Library books that have been shelved incorrectly are a constant cause of frustration for those searching for a specific text, and rearranging them is constant chore for library staff. Hoping to make the task a little easier for librarians everywhere, ShelvAR is an augmented reality app for Android devices that's designed to help library workers scan books to identify and re-shelve those that were put in the wrong spot.
Developed by Miami University's Augmented Reality Research Group, ShelvAR was created to speed up the process of shelf-reading, whereby library staff check to make sure books are filed in the right place. Staffers simply launch the software on an Android tablet or phone and then point the device's camera at a section of shelf. Tags placed on books' spines ahead of time are encoded with each book's call number, allowing ShelvAR to recognize multiple books individually and “see” if they're in the right place. A green check mark appears over the tag of books that were shelved correctly while a red “x” flags those that weren't. When the user zooms in on those problematic books, a large green arrow appears to indicate where the book should go. ShelvAR can also be used for inventory purposes by generating a list of the books it has scanned so far. A video on YouTube demonstrates the app in action.
Whether it's guiding tourists through a new city or helping road warriors find a place to work, augmented reality offers possibilities that have only just begun to be explored. App-minded entrepreneurs: Be inspired! (Related: T-shirt uses augmented reality for virtual webcam gameSocial shopping site adds an augmented reality twistMobile app brings augmented reality to music festival.)

Source: Springwise

jeudi 12 mai 2011

How Amazon Controls Ecommerce (Slides)

When you think about ecommerce, you think about Amazon. But how did a company that started with online books come to dominate an estimated one third of ecommerce in the U.S.? In the 72 slides above, global consulting boutique faberNovel breaks down Amazon’s business and strategy. The keys to Amazon’s success are 1) the Internet imposes no limits on how much Amazon can sell; 2) its control of customer accounts and loyalty, and 3) and a growing ecosystem that is helping it cement its place in the world of digital goods as well.
It’s instructive to see how Amazon has expanded over the years and moved away from its reliance on books, music, and movies. You also forget that along the way, Amazon piled up $3 billion in losses between 1995 and 2003. Now it’s got $34 billion in annual revenue, and is spitting out $1 billion a year on profits. Who says you can’t spend your way to profitability?
The slides are a real deep dive into Amazon’s business model and future prospects. Every year faberNovel puts together one of these strategy presentations. In the past it’s analyzed Google (twice), and Apple.

Source: Techcrunch

Google veut basculer dans l'ère de la domotique

Google veut basculer dans l'ère de la domotique
Google a décidé de donner un coup de pouce aux ampoules à technologie LED dont l'éclairage par exemple pourra être contrôlé par un appareil mobile fonctionnant sous son système d'exploitation Android, grâce notamment à l'utilisation de nouveaux protocoles de communication "Open Source".
Le géant de l'internet a travaillé avec "Lighting Science Group" (LSG) pour développer une ampoule omnidirectionnelle équivalente à celle de 60 watts, et qui pourra être éteinte ou éclairée à l'aide d'un téléphone, d'une tablette ou d'un ordinateur portable équipés de son système Android.

L'éclairage artificiel représente environ 11% de la consommation énergétique d'une maison au Canada. Aussi, les systèmes intelligents demeurent l'un des moyens possibles pour réduire l'empreinte carbone de notre environnement bâti dont le taux atteint 38% des émissions de CO2 aux Etats-Unis.

Cette ampoule constitue une véritable aubaine pour  Google qui tient là, une opportunité d'entrer dans la révolution écoénergétique qui s'annonce dans nos logements. Elle sera disponible dans les magasins US, d'ici la fin de l'Année, à un prix comparable à celui d'un ampoule à LED standard.
Google veut basculer dans l'ère de la domotique

La nouvelle ampoule est basée sur le modèle A19 LED de LSG. Elle comprend un dispositif intégré de communication sans fil basé sur le nouveau protocole wireless de Google. En effet, dévoilé la semaine dernière lors de la conférence I/O des développeurs à San Francisco, le protocole entièrement ouvert pourra contrôler aussi bien des thermostats que des applications gérant l'efficacité énergétique de votre maison ou de votre appartement.

A cet effet, Google mettra à la disposition des spécialistes de l'informatique, une plate-forme de développement baptiséeAndroid @ Home permettant de connecter les appareils nomades sous Android à des périphériques externes. "Cette plateforme sera totalement ouverte pour les développeurs, afin qu'ils puissent imaginer et écrire leurs propres applications", a promis Google.

L'objectif affiché par la firme de Mountainview est de pouvoir contrôler l'ensemble des dispositifs de votre logement à partir d'un simple appareil nomade, comme un téléphone portable, autrement dit, faire enfin de la domotique.

Source: Enerzine

mardi 10 mai 2011

AIDA Project : la navigation automobile par GPS en 3D


AIDA (Affective Intelligent Driving Agent) est un projet collaboratif entre Audi et le MIT à Cambridge, Massachusetts. Il s’agit d’une navigation GPS évoluée en 3 dimensions, installée sur le haut du tableau de bord.

La technologie permet au conducteur de voir plus précisément où il va et lui permet de modifier sa destination en cliquant sur l’hologramme. Ce tableau de bord révolutionnaire offre aussi la possibilité de contrôler la radio, de voir la météo et les embouteillages et de modifier l’itinéraire selon différents facteurs comme les conditions routières en temps réel et l’humeur du conducteur (c’est KITT dans K 2000 ?).
En voyant un tel matériel dans la voiture on peut tout de même se demander si cela ne va distraire le conducteur !?
Site du projet au MIT :

Source: Vincent Abry

lundi 9 mai 2011

Les start-up sélectionnées pour le French Tech Tour 2011 sont...

Ubifrance a dévoilé la liste des quatorze start-up françaises que les grands acteurs de la Silicon Valley veulent rencontrer en juin.

Ubifrance a dévoilé la liste des quatorze start-up françaises qu'elle emmènera en juin dans la Silicon Valley rencontrer les grands acteurs de l'économie numérique américaine. Particularité de cette sélection : elle a été arrêtée par ces acteurs eux-mêmes - Google, eBay, Microsoft, Adobe, Nokia, Intel, HP, AT&T, Verizon et Cisco - qui ont donc choisi quelles jeunes pousses tricolores ils souhaitaient examiner de plus près.

Les petites chanceuses sont les suivantes :
 Appoke, boutique d'applications Android dotée de fonctionnalités sociales.
 Ateme, éditeur de solutions de compression de vidéos pour services VOD, dont Xavier Niel fait partie du conseil d'administration.
 Avencis, fournisseur d'une solution de sécurité single sign on leader en Europe.
 Backelite, agence opérant la plate-forme de développement de services mobiles BkRender.
 CAPS, éditeur de solutions d'aide à la production de code et au déploiement d'applications massivement multi-cores.
 GingerSquid, éditeur de jeux sociaux sur mobile à jouer en extérieur, dont le premier jeu, Blackbeard's Treasure, sortira en avril sur iPhone.
 Global Vision Systems, éditeur spécialisé dans les interfaces homme-machine 4D à usage industriel.
 Mobiquant, fournisseur d'une plate-forme SaaS de gestion de terminaux mobiles pour entreprises.
 Mootwin, plate-forme de création et de gestion d'applications mobiles spécialisée dans les solutions en temps réel.
 NTX Research, éditeur de solutions d'authentification forte pour Internet, mobile et machine-to-machine.
 Pole Star, fournisseur du logiciel NAO Campus de géolocalisation avancée (précision de 2 mètres) adaptée aux déplacements en intérieur.
 RunMyProcess, plate-forme de développement en cloud facilitant l'intégration entre différentes applications SaaS.
 Stereolabs, éditeur de solutions stéréoscopie 3D temps réel
 Yseop, éditeur d'un logiciel de production automatisée et personnalisée de langage naturel, utilisé notamment par, Boursorama, SFR et la Société Générale.

Source: Le Journal du Net

jeudi 5 mai 2011

Big Data : les progrès de l’analyse des données

La démultiplication des outils de collecte de données (comme le web ou nos téléphones mobiles qui enregistrent très facilement nos déplacements, mais également nos actions, nos relations…) et l’amélioration des outils d’analyses de données offrent aux entreprises des moyens marketing de plus en plus inédits, estime Lee Gomes pour la Technology Review. Et de donner un exemple simple et frappant : celui des Giants de San Francisco, l’équipe de baseball américain championne du monde et championne de la ligue nationale, qui a mis en place une tarification dynamique mise au point par Qcue, permettant de modifier le prix des billets en fonction de la demande, et ce, jusqu’à la dernière minute. L’idée étant d’adapter les tarifs à la demande pour éviter la mévente et mieux exploiter les phénomènes d’enchères (qui profitent plutôt au marché noir). Une tarification dynamique qui a permis une augmentation du chiffre d’affaires du club de 6 % en 2010.

Vers le commerce algorithmique
La tarification dynamique est bien connue des sociétés de transports qui vous proposent des tickets moins chers si vous réservez longtemps avant la date de votre voyage. Mais les logiciels sont désormais capables de prendre en compte de plus en plus de données pour faire évoluer les prix en temps réel. Tant et si bien que cette capacité d’analyse de grands volumes de données (appelée la science des Big Data) a été analysée par des consultants du Credit Suissecomme “la plus significative révolution informatique de ces 20 dernières années”. Les grandes entreprises de l’informatique comme IBM, Oracle ou Hewlett-Packard s’arrachent à prix d’or les start-ups du secteur commeCalmSea, qui vend un logiciel permettant aux détaillants de glaner des indications sur les réseaux sociaux pour proposer des offres plus adaptées aux clients fidèles ou lancer des offres marketing plus fines.
La tarification ou la recommandation dynamique annoncent l’arrivée du commerce algorithmique, un commerce où le prix est décidé par les données et les algorithmes…

Les raisons de la révolution
Dans un monde où les données se démultiplient, les entreprises essayent de comprendre comment extraire de la valeur de toutes les données qu’ils recueillent. Selon Lee Gomes, cette nouvelle science des données est rendue possible, par le fait que les bases de données et outils d’analyses ont été entièrement repensés ces dernières années ce qui a permis d’améliorer considérablement leurs performances et de réduire la mémoire qu’ils nécessitaient pour fonctionner. Ensuite, c’est l’amélioration de la gestion des serveurs et du stockage à grande échelle, initiée par les travaux de Google pour indexer le web entier dans ses fermes de serveurs, qui a permis de faire de considérables progrès dans la performance du stockage et la gestion intensive de données distribuées (notamment via des systèmes basés sur Hadoop). Enfin, les connaissances algorithmiques ont également progressé permettant la structuration et l’interrogation plus rapide des bases de données (on parle de bases NoSQL pour désigner des bases de données non relationnelles).
Tous ces progrès techniques expliquent le succès de cette nouvelle science de données, tant et si bien que ces nouveaux systèmes sont devenus si faciles et si rapides, que les entreprises ne cessent de leur trouver de nouvelles utilisations à mesure que plus en plus de données deviennent accessibles. Un cybermarchand par exemple peut désormais prendre l’habitude de conserver les traces de tous les mouvements de souris que les internautes ont sur ses pages dans le but de les analyser pour améliorer le design de son site.
“A mesure que le coût de stockage des données chute, les entreprises ajustent la quantité de données qu’ils conservent : conserver des pétaoctets de données n’est désormais plus réservé au seul Google !”, conclut Lee Gomes.
Mais surtout, l’accumulation de ces données et leurs croisements permettent de dire beaucoup de choses sur les gens avec peu d’information, comme le souligne Sandy Pentland du Laboratoire des dynamiques humaines du MIT dans un article du Wall Street Journal qui recensait de nombreuses recherches qui font parler ces masses de données récoltées via les téléphones mobiles.
“Juste en regardant où vous passez du temps, je peux dire beaucoup de choses sur la musique que vous aimez, la voiture que vous conduisez, votre risque financier, votre risque de diabète. Si vous ajoutez des données financières, vous obtenez un aperçu encore plus précis”.

Source : InternetActu

Push Pop Press

Gore, Ex-Apple Engineers Team Up to Blow Up the Book

Former Apple engineers Kimon Tsinteris (left) and Mike Matas teamed up with Al Gore to create a new publishing platform called Push Pop Press. Photo: Jon Snyder/
What do you do after working for Apple, a company whose mission seems to be nothing less than disrupting entire industries? Easy. You start a company to create your own ding in the universe.
That’s the idea behind Push Pop Press, a digital creation tool designed to blow up the concept of the book. Frictionless self-publishing is a fertile new space, but this particular startup got a little help from former vice president Al Gore, whose exacting demands on an app version of his book Our Choice: A Plan to Solve the Climate Crisis gave this would-be company its first real boost.
Developed by former Apple employees Mike Matas and Kimon Tsinteris, Push Pop Press will be a publishing platform for authors, publishers and artists to turn their books into interactive iPad or iPhone apps — no programming skills required.
“The app is the richest form of storytelling,” Matas said. “[Push Pop Press] opens doors to telling a story with more photos, more videos and interactions.”
ush Pop Press is pushing into a widening niche within the print industry, which is scrambling to produce digital versions of books, magazines and newspapers in hopes of reversing declining revenues.
The platform comes as a slew of competitiors seek to upend the book publishing business, a shift that once seemed improbable but now inevitable, thanks to the success of new devices such as the iPad, Kindle and Nook. Notably, Amazon began selling more e-books than printed editions just 33 months after its Kindle launched.
If e-books have been flying off the “shelves” for years, Push Pop Press aims to bring a new dimension to the platform, adding high-end graphics to the largely unadorned text offered in popular e-book editions like the Kindle. It’s the latest bet — still unpaid after some 25 years of digital publishing– that plain old text is about to undergo a major evolution as authors and readers demand more interactivity.
For magazine publishers and newspapers, one of the trendiest technology solutions involves creating iPad or Android editions of publications — for which advertisers, so far, seem to pay at rates which rival print dollars instead of web pennies.
The 800-pound gorilla in this digital space is Adobe, whose tools are used to create some tablet periodicals (including the iPad version of WIRED magazine). But the complexity — and expense — of Adobe’s Creative Suite is an opportunity for new entrants in the self-publishing game.
Problem is, it’s neither easy nor cheap for dead-tree publishers to hire app programmers, or to purchase the resources necessary to digitize their publications with sexy code. And after factoring in the hefty costs of development and time spent on production, mobile apps have hardly proven a goldmine for major publishers.
If successfully scaled, Push Pop Press could become the easiest and quickest way for publishers and independent artists to turn their media into iPhone and iPad apps and take a whack at making money in the App Store.
Book apps created with the platform can take advantage of the iPad’s and iPhone’s advanced sensors, touchscreen gestures, microphone and powerful graphics chip to turn reading into a rich, interactive experience, Matas said. Videos, interactive diagrams and geotagged photos are just some elements that can be embedded in a book produced with the tool.
Not impressed with words alone? Check out Gore’s tour of his book produced with Push Pop Press, embedded in the video below.

Gore’s App Mission

The former vice president’s production company Melcher Media approached Matas in September 2009 to create an app version of Our Choice. Gore wanted his book app to contain videos, diagrams and other forms of multimedia that would flex the iPhone’s muscle.
Matas sketched a concept and later discussed it with his former Apple co-worker Tsinteris. During his time at Apple, 25-year-old Matas focused on human-interface design for the iPad, iPhone and Mac OS X. And 30-year-old Tsinteris was deeply involved in developing the Maps app for the iPhone 3G, as well as some aspects of OS X.
After discussing the project, Matas and Tsinteris realized that in order to reproduce Gore’s book, they needed tools that didn’t exist yet.
“Kimon took a look at [the concept] and said that in order to build it we need to build a whole publishing platform,” Matas said.
And if you’re going to put that much effort into the tools, why stop after making just one book? The result of the project was Push Pop Press, a full-on publishing platform that the pair have been developing for about a year-and-a-half.
Gore’s book, which goes live in the App Store on Thursday morning, is in part a demonstration of the capabilities of Push Pop Press.
It’s a bit like walking through a digital museum. When you first launch the app, you see a cover of a 3-D animation of a spinning globe with the title superimposed over it. Tapping into the intro plays a video of Gore introducing the book’s topic.
From there, you swipe through a visual table of contents, and when you select a chapter, the chapter title appears on the top three quarters of the screen. A timeline at the bottom allows you to swipe through the pages. To start reading, you touch a page with two fingers to pop it open.
Diagrams embedded inside some of the chapters are interactive, inviting you to swipe the illustrations or even blow through the iPad’s microphone to move a windmill, for example.
Photos are geotagged, so when you select an image and tap on a globe icon, you can see a world map with a pin showing precisely where the photo was taken.
For the pair, geotagging was one of their favorite features to add, because at Apple, they worked together on integrating GPS in the Maps application for the iPhone 3G.
“It’s crazy how much context this brings to it,” Matas said about the geotagged photos in Gore’s book.
Every element inside Gore’s enhanced e-book is composed of native iOS toolkits and APIs (e.g., Core Animation, Core Text and Objective C) to make the experience extremely smooth and fast.
“This speed is something you can’t approach on a web browser,” Matas said.
Gore’s book is just the first of what Matas and Tsinteris hope will be a series of similarly interactive e-books. The pair are planning to release Push Pop Press as a piece of Mac software for anyone to create a book app in the future.
The programmers did not disclose an estimated ship date or price for the Push Pop Press publishing software, but they said the goal was to make it “very affordable.”
When released, Push Pop Press could aggressively compete with Adobe. Currently, many publishers rely on Adobe’s expensive Creative Suite tools to lay out their print pages and to digitize their content for Apple’s iPad.
Push Pop Press could likely undercut Adobe on price, not to mention ease of using the product. An interactive magazine, book, comic book or photo essay can be created with Push Pop Press in as little as 20 minutes, the programmers claim.
However, Matas and Tsinteris don’t view their software as a long-term competitor with Adobe. The software giant has a lock-down on the high-end of the creative field, Tsinteris said, and Push Pop Press’ core audience will likely be smaller publishers looking for an easy, drag-and-drop solution to create apps.
“This is a layout tool, not a developer tool,” Tsinteris said. “It’s a little like playing with Legos.”
Source :

Une "seconde vie" pour les batteries : les acteurs ne sont pas tous convaincus

La réutilisation des batteries automobiles pour des usages stationnaires présente un intérêt certain pour les constructeurs automobiles car ils pourraient tirer de ces batteries une valeur résiduelle à définir et ainsi alléger le coût global des véhicules électriques (cf. notre autre article [1]). Cependant, cela ne représente-t-il pas une opportunité également pour les compagnies d'électricité ?

D'après Brett Williams et Timothy Lipman [2], 85.000 packs de batteries "standard" de véhicules hybrides rechargeables auraient permis à CAISO (l'opérateur des réseaux électriques californiens) d'assurer la régulation du réseau, sur la période 2006-2008. Il y aura bientôt suffisamment de batteries "dans leur seconde vie" utilisables à cet effet : l'offre en véhicules électriques aux Etats-Unis devrait atteindre 368.000/an à l'horizon 2015 (cf. graphique ci-dessous).

De plus, les packs de batteries des véhicules seront certainement de plus large capacité que ce qui a été pris en compte par Williams et Lipman dans leur évaluation (6 kWh), même pour les véhicules hybrides rechargeables [3]. En effet les constructeurs sont prudents et sur-dimensionnent les batteries pour que la diminution de capacité soit quasi-invisible pour l'utilisateur, tant qu'elles sont sous garantie [4].

Le Transportation Sustainability Research Center de Berkeley (TSRC), dont Brett Williams et Timothy Lipman sont membres, est l'une des entités de recherche qui va coopérer avec le National Renewable Energy Laboratory (NREL) sur la seconde vie des batteries [5]. Le TSRC a par ailleurs organisé début mars un atelier de travail [6] qui rassemblait les acteurs intéressés par le sujet comme l'Electric Power Research Institue (EPRI), un centre de recherche indépendant à but non lucratif qui effectue des projets de recherche et de démonstration pour les compagnies d'électricité qui le financent [7]. Lors de cette rencontre, Haresh Kamath, responsable de programme sur les matériaux avancés et l'innovation technologique de l'EPRI, a exposé ses réflexions sur ce sujet.

Le point de vue des compagnies d'électricité

=> A quoi les batteries pourront-elles servir ?

Kamath a d'abord rappelé qu'aujourd'hui, plus de 99% des capacités mondiales de stockage électrique installées sur les réseaux sont des systèmes hydrauliques (127 GW). Le reste est constitué par du stockage à air comprimé (440 MW) puis des batteries électrochimiques (401 MW). Parmi celles-ci, les batteries au lithium représentent 20 MW.

Pour l'EPRI, les emplacements et les applications envisageables pour des batteries automobiles sont les suivants:
- Les services auxiliaires (réglages de fréquence et de tension) : Les batteries pourraient être installées sur des camions pour que le service soit modulaire et déplacé en fonction des besoins prévisionnels.
- Le stockage distribué : placé au niveau du réseau basse ou moyenne tension, proche d'une centrale photovoltaïque ou au niveau d'un poste source pour une petite dizaine de maisons par exemple. Pour un service de 25 kW pendant 2 heures, trois packs de batteries de Chevrolet Volt pourraient être utilisés.
- Le stockage résidentiel ou commercial : dans ce cas, un pack 16 kWh pourrait par exemple fournir de 4 heures à 4 kW et il n'y aurait pas besoin d'assembler de batteries ayant servi dans différents véhicules.

Une utilisation pour un stockage de grande capacité est techniquement possible mais semble peu probable ; pour une petite unité (1 MW pendant 4 heures) il faudrait déjà 250 packs de batteries de 16 kWh!

Du point de vue économique, il n'est intéressant d'utiliser des batteries que si elles participent à plusieurs services à la fois. Ainsi, un pack de 16 kWh pourrait rapporter $13.000 s'il contribue aux services systèmes, au soutien en tension et en inertie au réseau, à l'amélioration de la qualité du courant et la fiabilité de l'alimentation, tout en permettant le report de la modernisation des réseaux de distribution et de transmission. Les hypothèses sous-jacentes pour parvenir à ce résultat (ex: durée d'exploitation considérée) n'ont pas été détaillées.

=> Coût d'installation

Une batterie ne peut être exploitée seule dans un réseau, c'est pourquoi le prix du stockage électrique n'est pas égal au prix de la batterie mais environ trois fois plus cher. Tout d'abord, un système de gestion de la puissance (power conditioning system) doit être utilisé pour effectuer la conversion AC/DC, contrôler l'état de charge, gérer la gestion de puissance réactive et l'insertion sur le réseau. De plus, des éléments annexes (balance of plant) doivent être ajoutés, comme un système d'acquisition et de contrôle des données, un système de gestion thermique et une enveloppe structurelle. Il faut également prendre en compte les coûts d'acheminement et d'installation.

Dans le cas de batteries de seconde main, Haresh Kamath souligne l'existence de frais supplémentaires incompressibles pour reconditionner la batterie d'un usage vers l'autre, plus les frais généraux (overheads). L'ensemble de ces coûts doit être inférieur à la valorisation attendue pour que l'installation de batteries soit rentable.

=> Un modèle d'affaire rentable semble difficile à établir

Kamath montre que même dans un scénario simplifié faisant abstraction d'obstacles majeurs, comme la compétition avec d'autres solutions (ex: technologies de stockage différentes, centrales de pointes, demand response [8]) ou l'incertitude sur la qualité du service par des batteries usagées, il n'est pour l'instant pas intéressant financièrement d'utiliser des batteries de seconde main. En effet, il serait plus avantageux d'utiliser des batteries au lithium neuves à cause de la réduction de prix attendue pour les prochaines années. D'après l'EPRI, un pack de 20 kWh neuf coûte $10,000 en 2011 tandis qu'un pack neuf vaudra $6,000 en 2015 et $5,000 en 2020. Ainsi en 2019, lorsque les première batteries de seconde main feront leur apparition après 8 ans d'utilisation dans un véhicule électrique, une compagnie d'électricité pourra se procurer une batterie neuve de 20 kWh à $5,250.

Puisqu'une batterie usagée nécessite un reconditionnement à $2250 et qu'elle aura de plus perdu 80% de sa capacité, la conclusion de cette étude est que la batterie de seconde main doit être fournie gratuitement pour que les clients commencent à envisager de l'utiliser.

=> L'incertitude sur la performance et la durée de vie

D'après Kamath, deux questions majeures étudiées par les compagnies d'électricité en tant que potentiels utilisateurs des batteries durant leur seconde vie sont celle des performances et de la durée de vie résiduelle.

Le NREL travaille à l'amélioration des modèles de vieillissement des batteries [9]. Quelques exemples :
- Le laboratoire a mis en place un modèle empirique permettant de tenir compte à la fois du vieillissement dû au temps de fonctionnement et au vieillissement dû au nombre de cycles effectués par la batterie.
- Des études ont comparé les modes de dégradations différents selon la température et l'ensoleillement de différents endroits. Ainsi à Phoenix où il fait en moyenne 27°C, une batterie peut perdre 20% de capacité en deux fois moins de temps qu'à Minneapolis où la température moyenne est de 10°C.
- Le mode de chargement influence également la durée de vie de la batterie; des cycles fréquents de décharge profonde peuvent par exemple mener à des défaillances précoces [10].

Malgré ces modèles, certains phénomènes de vieillissement restent relativement mal connus et de nombreuses incertitudes demeurent quand à la durée de vie que l'on peut attendre d'une batterie, même lorsque l'on connaît son "histoire".

Finalement, il apparaît que les compagnies d'électricité n'ont pas d'intérêt clair à utiliser des batteries des véhicules électriques car le modèle de valorisation n'est pour l'instant pas assuré. De plus, l'incertitude sur la durée de vie et les performances sont des points noirs auxquels les acteurs du secteur de l'électricité, sommés d'assurer un approvisionnement constant et de qualité, seront particulièrement sensibles. Enfin, d'autres obstacles au développement des marchés de seconde main sont à relever.

Les barrières au développement des marchés d'occasion

Comme nous le soulignions dans un précédent article [1], l'asymétrie d'information existant entre le premier et le second usager d'un objet est un frein au développement des marchés d'occasion. Dans la transaction, le client se demandera toujours les raisons qui poussent le vendeur à se défaire de l'objet. L'introduction de garanties de la part du vendeur ou de labels délivrés par un tiers "neutre" pourrait compenser le manque d'information. Cependant, si cela rassure le client, les effets bénéfiques escomptés ne sont pas toujours évidents. Au Royaume-Uni par exemple, une étude de l'Office of Fair Trading (OFT) [11] montre que lors de l'achat d'un véhicule d'occasion, les consommateurs qui passent par un concessionnaire acceptent de payer un peu plus pour la tranquillité d'esprit que cela leur apporte. Bien que leurs attentes varient selon la taille du concessionnaire et la relation qu'ils ont avec lui, les clients pensent que celui-ci va assurer au minimum le service requis par la loi. Or, d'après l'OFT, l'étude montre que ce n'est souvent pas le cas en pratique. Parmi les personnes interrogées, presque un consommateur sur cinq a eu un problème avec sa voiture d'occasion, dont la grande majorité assez rapidement après l'achat du véhicule (70% des problèmes sont décelés dans les premiers mois suivant la vente); ce qui laisse supposer que les défauts ou les causes du problèmes étaient présents au moment de la transaction.

Par ailleurs, certains acteurs ne désirent pas le développement du marché de seconde main, ce qui a été démontré par des chercheurs en économie dans le cas des voitures d'occasion : à part dans certains cas, l'existence d'un tel marché se fait au détriment des producteurs de biens neufs [12]. Ceux-ci ont alors intérêt à concevoir des objets qui ne soient pas trop résistants, un phénomène appelé "obsolescence programmée" [13]. D'autres études nuancent ces conclusions, car certains bénéfices peuvent se dégager pour les producteurs initiaux. Dans le secteur de l'informatique par exemple, ils pourraient demander aux deuxièmes acheteurs de payer à nouveau la license d'utilisation des produits. A terme, l'existence d'un marché secondaire peut permettre aussi l'augmentation du prix initial des objets, lorsqu'ils ont fait preuve de durabilité -et donc de la possibilité de les revaloriser- [14].

Le modèle d'affaire des batteries de véhicule électrique (VE) est encore inconnu et il variera peut-être selon les constructeurs, les pays et les contextes politiques, c'est pourquoi il est difficile d'identifier qui aura intérêt au développement d'un marché d'occasion et qui essaiera de s'y opposer. Ceci peut fluctuer selon le stade de maturation du marché primaire. En effet, si la valorisation résiduelle à travers un marché secondaire permet de lancer le marché des VE, les producteurs de batteries seront gagnants. L'adéquation entre l'offre et la demande jouera également : une surproduction de batteries mènera les producteurs à combattre la réutilisation et le prolongement de vie de leurs produits.

Même dans le cas d'un développement moins fort que prévu, le marché des véhicules électriques fournira annuellement une importante quantité de batteries de moyenne qualité dans environ 15 ans. Il est probable que quelqu'un leur trouvera de l'utilité, mais ce ne seront pas forcément les compagnies d'électricité.

- [1] La "seconde vie" : pour les batteries, pourquoi pas?, bulletin électronique Etats-Unis n°245 :
- [2] Strategy for Overcoming Cost Hurdles of Plug-In-Hybrid Battery in California - Integrating Post-Vehicle Secondary Use Values, Transportation Sustainability Research Center (UC Berkeley), 22 fév. 2011 :
- [3] Quelle sera la quantité de batteries sur les routes américaines en 2015?, Blog de la mission scientifique du consulat de San Francisco, 2 mars 2011 :
- [4] Chevrolet Volt Will Utilize 10.4 KWh of Battery to Achieve EV Range, site internet de GM-Volt, 26 oct. 2010 :
- [5] NREL Team Investigates Secondary Uses for Electric Drive Vehicle Batteries, site internet du NREL, 5 avr. 2011 :
- [6] Plug-In Electric Vehicle Battery Second Life, 7 mars 2011 :
- [7] Site internet de l'EPRI,
- [8] Demand Response: how to create virtual electric capacity, Blog de la mission scientifique du consulat de San Francisco, 23 mars 2010 :
- [9] An Update on the Battery Projects at NREL, Conférence Battery Power, 19-20 oct. 2010 :
- [10] Design of Electric Drive Vehicle Batteries for Long Life and Low Cost, EDV Battery Robust Design, 17 jan. 2011 :
- [11] The second-hand car market, Office of Fair Trading (UK), mars 2010 :
- [12] How Much Competition is a Secondary Market?, Jiawei Chen, Susanna Esteban & Matthew Shum, 12 mars 2011 :
- [13] "Comprar, tirar, comprar", Canal Arte, 2010 :
- [14] Relicensing as a Secondary Market Strategy, Georgia Tech, 2008 :

ORIGINE : BE Etats-Unis numéro 245 (2/05/2011) - Ambassade de France aux Etats-Unis / ADIT -